La démocratie en santé à l’épreuve Covid : Résultats régionaux et nationaux d’une enquête exclusive!

L’enquête nationale menée au cours du 1er semestre par France Assos Santé auprès de plus de 1 000 représentants d’usagers siégeant dans les établissements de santé révèle combien il a été difficile de faire entendre la voix des usagers depuis le début de la pandémie. Elle souligne la nécessité de renforcer le fonctionnement de la démocratie en santé pour une meilleure gestion des crises futures et l’urgence à pallier les dysfonctionnements actuels.

Il apparait clairement une mise en arrêt de la démocratie en santé dans les hôpitaux et cliniques durant la crise COVID 19.

Quelques chiffres clés : 

  • En France, 15 000 représentants des usagers (RU) s’engagent bénévolement pour porter la voix des usagers du système de santé et défendre leurs droits.
  • L’enquête a été menée par France Assos Santé auprès de 1 180 RU siégeant en Commission des usagers de 1 187 établissements de santé.

 Les résultats montrent une dégradation globale de l’action des RU. 

Concernant la Bretagne : nous avons eu le retour de 89 représentants des usagers correspondant à 105 mandats en instance de santé.

En 2020, le fonctionnement des commissions des usagers a été perturbé et elles n’ont pas eu lieu 4 fois par an comme prévu par la loi.

Seuls 26% ont eu 3 réunions en présentiel durant l’année écoulée, 15% une seule et beaucoup plus surprenant, 3%, aucune!

En outre, 9% des RU ont déclaré n’avoir eu aucun accès aux plaintes et réclamations durant la crise et 18% des répondants estiment que leur accès s’est dégradé.

C’est résolument une mise en veille de la démocratie en santé.

Par ailleurs, 70% des établissements ont mis en place des cellules de crise mais seuls 21% d’entre eux ont inclus les représentants des usagers.

Pire, 22% des RU ( soit + de 1/5) ne savent pas si une cellule ou comité éthique est en place dans les établissements pour lesquels ils ont un mandat.

Enfin, les modalités de visites dans les établissements de santé ont quasiment toutes été modifiées(horaires/ nombre de personnes/âge des visiteurs voire interdiction) mais 1 RU sur 4 n’a pas été associé à leur élaboration, ni à la communication des nouveaux protocoles.

Ces enquêtes prouvent qu’il est urgent d’ouvrir le débat sur la place réelle des représentants des usagers dans les établissements de santé et de garantir la continuité de leurs missions en période de crise.

Retrouvez les résultats de l’enquête nationale ici

Et retrouvez ceux de la Bretagneici

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Retour sur le site de france assos santé